Une plainte déposée après l'utilisation de photos de victimes du 13-Novembre dans une campagne pro-Zemmour

Il y a 5 jours 22

L'association "13onze15 Fraternité Vérité" indique ce mercredi à nos confrères de franceinfo qu'elle va déposer plainte contre X, après l'utilisation de photos de victimes des attentats du 13-Novembre pour une campagne pro-Zemmour sur les réseaux sociaux. Des proches des victimes s'en sont indignés, notamment sur Twitter. L'association va envoyer un courrier dans l'après-midi au procureur de la République de Paris, Rémy Heitz. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une plainte pour "atteinte à la vie privée"

Elle compte déposer plainte pour atteinte à la vie privée par diffusion d'images personnelles et incitation à la haine. Le mouvement de jeunesse "Génération Z", qui milite pour une candidature du polémiste à la présidentielle 2022 avec ses affiches "Zemmour président", utilise ces photos depuis mardi avec le hashtag #NosViesComptent. Des photos de victimes d'autres attentats sont également utilisées, comme celles de Samuel Paty, de Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing, ou encore du prêtre Jacques Hamel.     

"Génération Z" utilise des photos de victimes d'autres meurtres, qui n'ont pas été commis par des individus radicalisés, comme ceux de Victorine Dartois en Isère, le chauffeur de bus Philippe Monguillot à Bayonne, ou le jeune vendeur de 18 ans récemment tué par un client dans un centre commercial de Claye-Souilly en Seine-et-Marne.

Lire la Suite de l'Article