Entre la Seine-Saint-Denis et Paris, les concerts flottants de « l’Eté du canal » sont déjà de retour

Il y a 1 semaine 19

La voix d’un baryton, qui s’élève au-dessus d’une péniche, crée la surprise et attire la curiosité de dizaines de flâneurs. Ce jeudi, à 17 heures, le coup d’envoi de la saison de « l’Été du canal » a été donné au bassin de la Villette, à Paris (XIXe), avec un concert itinérant sur l’eau allant jusqu’au canal de l’Ourcq, à Pantin. Deux solistes de l’Académie de Philippe Jaroussky, accompagnés au piano, au violon et au violoncelle, ont lancé cette saison qui s’enchaînera ensuite tous les week-ends, du 3 juillet au 15 août.

« C’est un lever de rideau, une façon de dire au public : le canal va être en fête tout l’été et on revient avec cette forme-là, qui permet de retrouver la culture, de la musique, sans risquer de trop grands regroupements », explique Vincent Chartier de Seine-Saint-Denis Tourisme, l’agence de développement touristique organisatrice de l’événement qui fête sa 14e édition.

« C’est super sympa de pouvoir assister à un concert comme ça, à la sortie du confinement »

Pour éviter qu’une foule trop importante ne se forme, les concerts ne durent une trentaine de minutes, avec plusieurs haltes l’après-midi et en soirée tout le long du canal, avec notamment des arrêts au parc de la Villette, côté Paris, puis à Pantin, Bobigny, Noisy-le-Sec et Bondy. Au bord de l’eau, un spectateur fait une halte à vélo en entendant la musique. « J’étais en train de rentrer d’un team building, à Aubervilliers, et au début, je croyais que c’était juste un haut-parleur, sourit-il. Je me baladais tranquillement et franchement, c’est hyper bien. Je trouve qu’en France, on manque de ce type d’événements qu’on voit plus souvent à l’étranger. »

Amélie et Laure-Camille, collègues de travail dans le quartier, découvrent aussi le concert. « On venait d’abord découvrir le canal qu’on ne connaissait pas, sourit la première, 21 ans, qui habite Versailles (Yvelines). C’est super sympa de pouvoir assister à un concert comme ça, surtout à la sortie du confinement. »

« Ça nous a beaucoup manqué renchérit la seconde, 18 ans. En plein air, c’est bien : avec le Covid, c’est plus safe [NDLR : sûr, en français]. » « Pouvoir écouter de la musique classique, dans la rue en plus, c’est super rare », approuve une autre spectatrice à leurs côtés.

Musique balkanique, rock, reggae…

Jusqu’au 15 août, la programmation se voudra très éclectique, avec de la musique balkanique, symphonique, du chant a cappella, du rock, du reggae… On retrouvera par exemple les « Musiciens du métro », le 3 juillet, ou encore HK (de HK et Les Saltimbanks), le 1er août « On veut parler à tous les publics et faire découvrir des esthétiques très différentes », poursuit Vincent Chartier.

En dehors des concerts flottants, de nombreuses croisières culturelles seront organisées tout au long des canaux (Ourcq et Saint-Denis) ainsi que sur une partie de la Seine, du côté de L’Ile-Saint-Denis et Épinay. Des navettes permettront aussi de rejoindre les différents pôles d’activité, tout au long des canaux (1 euro le samedi, 2 euros le dimanche.) En revanche, les scènes électros, traditionnellement organisées sur les bateaux, ne pourront pas avoir lieu cet été, comme cela avait déjà été le cas l’année dernière.

Une programmation spécifique devait être mise en place pour le bicentenaire des canaux (Saint-Denis, cette année, et l’an prochain, pour le canal de l’Ourcq), mais elle a été reportée, très probablement à l’année prochaine, à cause du contexte sanitaire. Un premier concert flottant aura toutefois lieu sur le canal Saint-Denis, entre Aubervilliers et Saint-Denis, pour la première fois, le 15 septembre.

Lire la Suite de l'Article