«Elle a été traînée sur vingt mètres» : Jeanne, 16 ans, mortellement fauchée par un scooter à Paris

Il y a 1 mois 202

Jeanne, 16 ans, traversait la rue au passage piéton avec sa cousine. Lorsqu’un chauffard à scooter a fauché les deux jeunes filles. Il ne s’est pas arrêté. L’adolescente est décédée.

Le drame a eu lieu vendredi 18 juin, à 23h10, à un feu rouge, à l’angle des rues de Tolbiac et Château-des-Rentiers, au niveau des Olympiades, dans le 13e arrondissement. Le conducteur du scooter, qui aurait brûlé le feu, les a violemment percutées. « Elles ont été traînées sur vingt mètres », confie un témoin. Le chauffard présumé a alors abandonné son scooter dans la rue et s’est enfui en courant. Retrouvé par la police, il a été interpellé et placé garde à vue.

Les deux victimes ont été prises en charge par les secours et transportées en urgence absolue. Jeanne à la Pitié-Salpêtrière (13e), où elle est décédée trois heures plus tard, à 2h45 du matin, malgré les tentatives de réanimation. Sa cousine, âgée de 15 ans, est quant à elle toujours hospitalisée à Necker (15e), dans un état grave.

Le père a refusé de livrer son fils

Les policiers ont identifié le chauffard dans les heures qui ont suivies. Un équipage s’est rendu en pleine nuit à son domicile, non loin du lieu de l’accident, dans le quartier Chevaleret. Là, ils ont été reçus par son père. Ce dernier leur a confirmé que le scooter lui appartenait et que le signalement du suspect correspondait bien à son fils.

Mais le quinquagénaire, avançant l’heure illégale d’interpellation, s’est refusé à « livrer » son fils, qui était dans sa chambre. L’officier de police judiciaire a donc ordonné à l’équipage de rester sur place et de mettre l’immeuble sous surveillance jusqu’au petit matin, 6 heures, heure légale d’interpellation.

Mais les policiers n’ont pas eu à attendre. À 3h50, les parents ont demandé l’intervention des pompiers, affirmant que leur fils faisait un malaise. Ce dernier a été conduit à l’hôpital sous escorte policière, sans urgence absolue. Il a été placé en garde à vue différée. Le fuyard, âgé de 22 ans, était connu des services de police.

Un accident au même endroit deux jours plus tôt

Si, comme le révèle un rapport du ministère des Transports anglais, Paris est moins accidentogène qu’une ville comme Londres, ce drame ne devrait pas manquer de raviver les polémiques sur la sécurité routière, les mobilités douces et le partage de la voie publique dans la capitale.

L’accident de vendredi a eu lieu au même endroit que celui survenu deux jours plus tôt, mercredi 16 juin, impliquant un cycliste ivre et une femme de 50 ans, percutée violemment par le deux-roues et transportée à l’hôpital avec un pronostic vital engagé.

Ce drame rappelle également la mort de Miriam, jeune Italienne tuée tragiquement sur la voie publique, quai de la Mégisserie, par deux jeunes filles en trottinette qui se sont enfuies.

L’enquête, confiée au service du traitement judiciaire des accidents (STJA) de la préfecture de police, spécialiste des accidents routiers à Paris et son périphérique, se poursuit.

Ce lundi, le parquet de Paris, qui avait ouvert une information judiciaire, a mis en examen le chauffard des « chefs d’homicide involontaire par conducteur de véhicule terrestre à moteur aggravé et blessures involontaires aggravées par délit de fuite ». Il a été placé en détention provisoire.

Lire la Suite de l'Article