Anne Hidalgo à l’Elysée ? Les Parisiens divisés

Il y a 3 jours 13

Après un long tour de chauffe, la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo s’est finalement lancée dans la course à l’Elysée, ce dimanche à Rouen. « Aujourd’hui, je suis prête, c’est pourquoi, avec cette force chaleureuse qui m’entoure, humblement, consciente de la gravité de cet instant et pour faire de nos espoirs la réalité de nos vies, j’ai décidé d’être candidate à la présidence de la République », a-t-elle lancé sur les docks, un idéal pour illustrer la reconversion industrielle à travers la transition écologique, qui sera l’un des thèmes centraux de sa campagne. Elle a d’ailleurs promis « un plan sur 5 ans pour décarbonner l’économie ». Mais qu’en pensent les Parisiens ? Nous en avons rencontré ce lundi, dans le quartier La Motte-Piquet-Grenelle (XVe).

Les cyclistes et fans d’écologie la soutiennent

Perchée sur son vélo, rue du Commerce, casque sur la tête, Emeline, étudiante en économie de 25 ans, ne cache pas son enthousiasme. « Je suis très contente qu’elle se soit décidée à tenter sa chance, sourit-elle. Enfin un espoir que les valeurs de l’écologie soient portées bien haut ! En tant que cycliste, j’ai vu de très nettes améliorations, ces derniers mois. Je sais que certains critiquent la multiplication des pistes, les aménagements, la réduction de la vitesse de circulation, mais, moi, je n’y vois que du positif, et cela aurait même dû être réalisé bien avant. C’est un plaisir de venir de Paris-Centre dans le XVe… ».

Louis, 31 ans, développeur Web, qui habite le XVIIe, partage le même point de vue… Avec un petit bémol : « malheureusement, j’ai du mal à croire qu’elle sera élue avec toutes les opérations de bashing qui l’ont visée ces derniers temps, et qui continuent, d’ailleurs. C’est bien dommage, parce que je pense qu’elle a vraiment la fibre écologique, et elle le prouve à Paris : toutes ses décisions vont dans le sens de la lutte contre le changement climatique et la réduction des gaz à effet de serre. On aurait bien besoin d’une politique aussi volontariste au sommet de l’Etat. Elle m’a même fait renoncer à mon scooter au profit des transports en commun ! ».

La saleté de la capitale, un gros point noir

Mais, pour d’autres, l’écologie passe aussi et « même surtout » par la propreté. Renaud, 42 ans, est de ceux-là. « Certains quartiers du XVIIe arrondissement, où je réside, sont dans un état de crasse lamentable, avec des poubelles qui débordent, des meubles, des matelas abandonnés pendant des jours, de l’urine sur les trottoirs… Et ce sentiment que tout le monde s’en fiche. J’ai l’impression que cela se dégrade d’année en année. Ça ne me semble pas surhumain de penser à l’empreinte carbone tout en entretenant la Ville, notamment au point de vue sanitaire. Les images de Paris dégradée ont fait le tour de France, et même au-delà, je ne suis pas sûr que ça booste la campagne d’Anne Hidalgo pour la présidentielle. Ses concurrents sauront certainement le lui rappeler au moment opportun ».

« Elle n’avait pas affirmé qu’elle ne se présenterait pas, il y a quelque temps ?, ironise Laure, 45 ans, graphiste dans le XVe. C’est pourtant ce que j’avais cru comprendre. Franchement, ce genre de revirement, je trouve que ça n’est pas très sérieux. Elle aurait tout simplement dû ne rien dire… Là, elle prête le flanc aux critiques. »

« Et qui va s’occuper de Paris, pendant qu’Anne Hidalgo fait campagne ? Je ne l’ai pas entendu dire qu’elle allait s’éloigner de la mairie pour se consacrer à la présidentielle, s’interroge Henry, retraité de la fonction publique. Est-ce que c’est bien raisonnable de cumuler tour de France, interventions médiatiques et son travail de maire qui devrait raisonnablement s’exercer à temps plein puisque les Parisiens l’ont élue ? Je ne trouve pas cela très sérieux. Comme sa gestion de la Ville, sale et mal entretenue. Ce n’est pas un bilan dont elle peut se glorifier pour espérer accéder à la tête de l’Etat. »

Lire la Suite de l'Article