Plan social chez Gibert Joseph, vers la fin de d'une institution place Saint-Michel à Paris

Il y a 1 semaine 15

La fermeture des librairies Gibert Jeune de la Place Saint-Michel à Paris n'est pas encore officiellement actée, mais le plan social repose sur la restitution des locaux le 31 mars prochain. Le plan de sauvegarde de l'emploi prévoit la suppression de près de 70 postes. Une réunion de négociations se tient ce lundi matin avec les organisations représentatives afin de parvenir à un accord sur les conditions de licenciement, avant un Comité social et économique.

Cécile, une habituée de la librairie du quartier latin, choisit un livre.Cécile, une habituée de la librairie du quartier latin, choisit un livre. © Radio France - Sixtine Lys

Cécile, une habituée, est très émue par la menace qui plane sur ces librairies. Elle se désole des multiples départs sur la place. "Le quartier va mourir. Je le connais depuis que j'ai 18 ans, et j'en ai aujourd'hui 41. Entre le restaurant qui a fermé en face, et Gibert Jeune... C'est une claque !" Elle se rappelle de ses années d'étude, où la librairie était un véritable repère. 

ÉCOUTEZ - Cécile, une habituée, est très émue par la menace qui plane sur Gibert Jeune, place Saint-Michel.

Les salariés ne souhaitent pas s'exprimer au micro de France Bleu Paris, mais évoquent une grande lassitude. "Depuis six mois, il n'y a plus de marchandise. La seule chose qu'on leur demande, c'est de retourner des livres auprès des éditeurs pour récupérer de la trésorerie", dénonce Rémy Frey, délégué CGT de Gibert Joseph et membre du CSE. "Moralement, ce n'est pas tenable." D'autant que plus d'un tiers des salariés concernés par le plan social ont plus de 45 ans, témoigne Rémy Frey :

ÉCOUTEZ : Les salariés licenciés auront de grandes difficultés à retrouver un emploi, selon Rémy Frey

Les syndicats espèrent toujours un geste de la mairie de Paris pour sauver ce bout de patrimoine. "L'enseigne Gibert Jeune fait partie du patrimoine de la vie sociale et économique de la ville. On dit à la mairie de Paris d'intervenir car c'est aussi la propriété des gens du quartier", ajoute Rémy Frey. La mairie de Paris doit à nouveau rencontrer les représentants de Gibert dans les semaines à venir.

Lire la Suite de l'Article