Paris - Yvelines : ce jeune papa vous propose de louer les vêtements pour enfants au lieu de les acheter

Il y a 1 semaine 67

Par Elisabeth Gardet 

Le

21 septembre 2022 à 06h39

, modifié le 21 septembre 2022 à 12h39

La salopette a servi trois fois, le pull à capuche cinq fois. On en fait quoi ? Mathias, 32 ans, papa d’un petit garçon de 3 mois, s’est posé la question aussi. Domicilié dans le XVe arrondissement de Paris, cet ancien consultant en finances vient de créer un site Internet spécialisé l’habillement pour les enfants de 3 à 24 mois. Mais pas dans leur vente : il s’est spécialisé dans la location de vêtements de marque.

Le concept est né au cours d’une formation à la création d’entreprise dispensée par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) des Yvelines, située à Versailles. Au total, six mois ont été nécessaires pour plancher sur le « marketing digital » et les études de marché. Formalisé au printemps, sa plateforme « Camille et Mathias » est opérationnelle depuis début septembre.

Paris (XVe), le 15 septembre 2022. Mathias a créé son site grâce à une formation proposée par la chambre de commerce et d'industrie des Yvelines.

Paris (XVe), le 15 septembre 2022. Mathias a créé son site grâce à une formation proposée par la chambre de commerce et d'industrie des Yvelines.

4,50 euros pour la location d’une robe à fleurs pendant 30 jours, 5,50 euros pour une chemise à carreaux… La toute jeune entreprise dispose aujourd’hui d’un stock de 500 pièces, rassemblées dans l’appartement parisien de Mathias.

« Les vêtements sont tous de seconde main, mais de très bonne qualité, explique l’entrepreneur. L’idée est d’être cohérent d’un bout à l’autre de la chaîne, en proposant une alternative pratique et économique pour lutter contre la surproduction. »

Une fois usés, les habits seront recyclés ou donnés

En dehors de l’aspect pratique – louer en fonction des saisons et de la taille, résoudre le problème du stockage –, Mathias veut défende « un monde où la consommation responsable sera la norme ». « L’industrie textile est très polluante, argumente-t-il. 1,2 milliard de tonnes de gaz à effets de serre… C’est plus que les transports aériens et maritimes réunis. On sait aussi qu’elle génère une très forte pollution de l’eau. L’alternative, c’est l’économie circulaire. »

Lorsque les vêtements proposés à la location seront trop usés pour être à nouveau portés, ils seront soit recyclés soit offerts à des associations humanitaires.

Pour pousser la démarche jusqu’au bout, Mathias vient d’ailleurs de nouer un partenariat avec une structure qui œuvre à l’insertion professionnelle des personnes handicapées, à Paris. « Ces employés seront chargés de menus travaux, comme un bouton ou une pression à recoudre, pour prolonger la durée de vie des vêtements. Là encore, je cherchais une collaboration qui ait du sens. »

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), chaque Français achète un peu plus de 9 kilos de vêtements par an, chaussures comprises. A peine un tiers est recyclé, soit 210 000 tonnes par an dans l’Hexagone. Rien qu’au Relais du Val-de-Seine, la coopérative qui assure la collecte et la revalorisation du textile déposé dans les bornes de dons des Yvelines, du Val-d’Oise et des Hauts-de-Seine, 6 200 tonnes de textiles ont été collectées en 2021.

Lire la Suite de l'Article