Paris : Victime d’un viol aux urgences, elle porte plainte contre l’hôpital Cochin

Il y a 2 semaines 43

Une femme de 34 ans, violée sur son lit alors qu’elle venait d’être amenée inconsciente aux urgences de l’hôpital Cochin, vient de déposer plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui, selon nos informations, confirmant des articles de RMC et Le Parisien. « Nous avons déposé plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui », indique à 20 Minutes Me Alexandre Lobry, l’un des avocats de la plaignante.

« Une information judiciaire a été ouverte le 30 octobre des chefs de viol commis par une personne sous l’emprise de stupéfiants, vol et escroquerie. Dans ce cadre, un homme de 22 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire », indique également à 20 Minutes une source judiciaire.

Les faits remontent à la nuit du 27 au 28 octobre dernier au cours de laquelle cette femme a été amenée dans l’établissement parisien, après s’être heurtée le crâne à la suite d’un malaise devant un bar. Elle est conduite aux urgences de l’hôpital Cochin par les pompiers, et placée, encore inconsciente, dans un box individuel. Elle est ensuite réveillée par la douleur causée par un homme en train de la violer digitalement, selon Le Parisien. Elle a fait fuir son agresseur en criant.

Déjà suspecté de viol sur une mineure

Selon RMC, le personnel soignant prévient la police qui repère l’homme « alors qu’il venait de faire des achats dans une épicerie avec la carte de paiement de la jeune femme ». L’enquête de police révélée par la radio et Le Parisien démontre que cet homme, sans papiers, avait repéré la trentenaire dès son malaise devant le bar, aurait ensuite été lui-même amené aux urgences par les pompiers après avoir été pris d’un coma éthylique, possiblement simulé. C’est là qu’il aurait fini par retrouver la victime. L’enquête démontre encore, qu’il a déjà été suspecté de viol il y a deux ans, sur une mineure, mais l’affaire avait été classée sans suite.

Les avocats de la plaignante sollicitent désormais l’ouverture d’une enquête préliminaire et la saisine du juge d’instruction pour « mise en danger », questionnant la responsabilité de l’hôpital : « On veut comprendre ce qui s’est passé, est-ce qu’il y a eu des défaillances dans l’obligation de surveillance qui incombe à l’hôpital ? Nous souhaitons que la vérité soit faite sur cette affaire. »

L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour sa part « confirme l’agression d’une patiente par un patient dans la nuit du 27 au 28 octobre dans les locaux du service d’accueil des urgences de l’hôpital Cochin-Port Royal » mais « ne commente pas une enquête en cours ».

Lire la Suite de l'Article