Paris : du sursis à huit ans de prison pour six policiers de la BAC du 18e arrondissement

Il y a 1 semaine 7

Les six policiers qui ont été condamnés faisaient tous partie de la brigade anti-criminalité (BAC) du 18e arrondissement de Paris. Ils ont tous été condamnés à plusieurs années de prison dont certaines avec sursis. Ils étaient jugés pour corruption et trafic de stupéfiants.

Huit ans de prison pour le meneur 

Le principal prévenu, surnommé "Bylka" (kabyle en verlan), a été reconnu coupable de sept infractions. Il a été condamné à huit ans de prison. Sa peine a été assortie d'une interdiction définitive d'exercer.

Chef informel d'une équipe de la BAC, le brigadier de 47 ans était notamment poursuivi pour avoir fait souscrire une "assurance" à des dealers du quartier populaire de la Goutte d'Or. Il accordait sa protection à certains en les laissant travailler, moyennant une contrepartie.

Le policier a aussi été condamné pour avoir piégé un suspect lors d'une interpellation fabriquée, moyennant 80.000 euros. 

"Vous avez trompé l'autorité judiciaire et trahi la confiance de l'institution policière avec ces agissements de délinquant chevronné", a déclaré la présidente du tribunal.  

Lors du procès début février, le policier a contesté toute corruption. Il a invoqué des méthodes policières visant à obtenir des informations, dont sa hiérarchie avait connaissance. Son avocat a indiqué qu'il allait faire appel.

Prison ferme et sursis pour les autres

Le deuxième prévenu, 39 ans, était considéré comme l'adjoint de "Bylka", a été condamné à quatre ans de prison dont deux avec sursis pour faux et vol par personne dépositaire de l'autorité publique avec, là aussi, une interdiction définitive d'exercer. Son avocat compte lui aussi faire appel.  

Le tribunal a prononcé des peines allant de 12 mois avec sursis à deux ans dont un an ferme avec interdiction définitive d'exercer pour les quatre autres fonctionnaires. Ils ont de 29 à 33 ans. Ils ont été condamnés pour une interpellation d'avril 2019, certains pour avoir frappé un suspect dans la voiture de la BAC, d'autres pour avoir "habillé" la procédure en faisant croire que l'homme avait du crack et un couteau sur lui (en réalité confisqués à un autre la veille).

Prison ferme pour deux indics

Deux  informateurs officieux de "Bylka" étaient aussi dans le box des accusés. Le premier indic, 57 ans, a été condamné à 5 ans de prison ainsi que 30.000 euros d'amende pour corruption active et trafic de stupéfiants. Le deuxième, 53 ans, devra purger un an de prison pour trafic de drogues.

Lire la Suite de l'Article