«Cela fait un an que les règles sanitaires ne sont pas respectées» : à Paris, une église dans la tourmente

Il y a 2 semaines 17

Aussi étonnant que cela puisse paraître un an après le déclenchement de l'épidémie de coronavirus, à Saint-Eugène-Sainte-Cécile (IXe), prêtres et fidèles semblent se soucier comme d'une guigne des consignes sanitaires en vigueur!

Diffusées sur notre site, les images de la messe de la vigile pascale célébrée samedi après-midi dans cette église, montrent des paroissiens serrés les uns contre les autres, dont beaucoup ne portent pas de masque. Et visiblement sans grand respect des règles de distance physique imposant d'une part, de laisser deux sièges vides entre chaque personne ou entité familiale et d'autre part, de laisser un banc libre entre chaque rangée.

VIDÉO. Prêtres et fidèles sans masques, pas de distanciation… Une messe sans règles sanitaires célébrée à Paris

Dans cette paroisse autorisée à célébrer la messe en latin selon le rite en vigueur avant le concile Vatican II, il apparaît aussi que les prêtres donnent l'hostie directement dans la bouche des pratiquants et non pas dans la main.

Face à ces abus manifestes, le parquet a annoncé ce mardi après-midi l'ouverture d'une enquête pour « mise en danger de la vie d'autrui ».

Le diocèse lance une enquête interne

« Nous sommes stupéfaits devant le non-respect évident des consignes essentielles de distanciation et de port du masque que nous condamnons sans équivoque. J'ajoute que, depuis le début de l'épidémie, l'archevêque de Paris a demandé aux prêtres de donner la communion uniquement dans la main », déclare Karine Dalle, directrice de la communication du diocèse. Non sans préciser : « Les normes sanitaires s'appliquent à tous les rites. »

Tout en rappelant que « l'immense majorité des paroisses de Paris respectent heureusement les nombreuses consignes sanitaires », Karine Dalle indique : « D'après le curé de Saint-Eugène-Sainte-Cécile, il y avait samedi 280 personnes dans cette église qui compte 600 places. »

Newsletter

L'essentiel du 75

Un tour de l'actualité à Paris et en IDF

Des sanctions vont-elles être prises ? « Une enquête interne est lancée. Tout dépendra des décisions de l'archevêque », répond la porte-parole.

« Nous avons été victimes de notre succès »

En l'absence du curé Marc Guelfucci, Alexandre Mouci, chantre de la paroisse, observe : « Nous avons été victimes de notre succès. Nous ne nous attendions pas à une fréquentation aussi exceptionnelle pour Pâques alors même que nous avons multiplié les messes avec 5 offices dimanche à 8h15, 9h45, 11 heures, 16 heures et 19 heures. » Et le chantre d'expliquer que « les fidèles ne doivent s'asseoir que sur les chaises arborant un ruban fixé au montant du dossier des chaises ». Quant au port du masque, il lâche : « On ne peut pas fliquer tout le monde. »

Tout en appelant chacun à « respecter les consignes pour endiguer l'épidémie », une sexagénaire s'étonne néanmoins, à la sortie de l'église, que « l'on puisse diffuser, sans les flouter, des images montrant les visages de personnes réunies dans un lieu de culte, surtout dans le contexte actuel ».

Une alerte dès le mois de janvier

Fidèle de Saint-Eugène-Sainte-Cécile dont il apprécie les célébrations en latin, un paroissien dûment masqué, accuse, sous couvert d'anonymat : « Cela fait un an que les règles sanitaires (masques, rangs espacés, communion dans la main) ne sont pas respectées dans cette église. J'ai adressé un mail au diocèse de Paris le 12 janvier pour signaler cette situation inacceptable. J'ai aussitôt reçu une réponse m'assurant que mon message était pris en compte. Trois mois plus tard, je constate qu'aucune mesure n'a été prise. »

Au diocèse, Karine Dalle en convient : « Le prêtre a été alerté par le diocèse à la suite de cet e-mail. Or, la vidéo de la célébration du samedi saint montre que, malheureusement, les instructions claires de respect des mesures sanitaires n'ont pas été une nouvelle fois respectées. Aujourd'hui, nous constatons qu'il y a un écart entre ce qui a été demandé et ce qui est fait dans cette église…»

Lire la Suite de l'Article