Angers-PSG (0-1) : Neymar n’a pas fait d’étincelles

Il y a 1 mois 48

Un Paris médiocre équivaut souvent à un Neymar moyen. L'équation de ce PSG version Pochettino - mais c'était déjà vrai sous Tuchel - s'est encore vérifiée ce samedi face à Angers. Pour son premier match comme titulaire depuis le 13 décembre face à Lyon (0-1), le Brésilien n'a jamais éclairé le jeu parisien, ou si peu, lors de la victoire contre le SCO (1-0). Positionné comme meneur de jeu dans le 4-2-3-1 imaginé par l'entraîneur argentin ( absent parce que touché par le Covid ) et son staff, le numéro 10 a souvent occupé une position axiale jamais trop loin de Moise Kean.

Pourtant, l'ancien Barcelonais n'a jamais touché son avant-centre et pas beaucoup plus Di Maria ou Kylian Mbappé qu'il a pourtant alerté à quelques reprises. Ces deux-là, si complices d'ordinaire sur le terrain (comme dans la vie), ne se sont guère trouvés. Et quand ils se sont enfin rapprochés, c'était pour que le Brésilien vienne réconforter le Français agacé par son manque de réussite. Il y a quand même eu une magnifique ouverture en profondeur pour le champion du monde en seconde période. Malheureusement pour Paris, Bernardoni a sorti l'arrêt qu'il fallait sur la première frappe cadrée de l'attaquant français toujours aussi peu inspiré et inefficace en 2021.

Finalement, c'est en s'exilant sur le côté gauche – son côté naturel - que le Brésilien s'est montré le plus précis avec un bon centre pour Verratti, malheureusement contré par la défense, ou un bon débordement en fin de rencontre. C'est tout et c'est peu pour le revenant entré en jeu en seconde période face à l'OM et buteur sur pénalty, mercredi pour le Trophée des champions (2-1). Neymar peut faire mieux, beaucoup mieux et son influence minime est sûrement liée à son manque de rythme. Mais pas seulement.

Manque de justesse technique

Le Parisien n'a pas assez décroché pour venir orienter le jeu de son équipe, et autour de lui l'animation a souffert d'un manque de mouvement patent. Peu ou pas de courses pour créer des brèches ou des décalages dans la défense adverse Difficile quand on est meneur de jeu de se contenter d'aussi peu.

Alors oui, le Brésilien est un peu monté en régime en seconde période avec quelques incursions balle au pied dans la défense angevine. Mais le crack de Santos a globalement manqué de justesse technique dans ses dribbles et ses conduites de balle. Son jeu implique du déchet, c'est une certitude. Cependant, tout génie qu'il est, il doit faire preuve de moins d'approximations même si la triste pelouse du stade Raymond-Kopa ne l'a guère aidé.

A un mois pile du déplacement à Barcelone, son ancien club, Neymar a encore quelques semaines pour retrouver son meilleur niveau. Il n'y a pas encore urgence d'autant que Ney occupe une position dans laquelle il avait l'habitude d'évoluer sous Thomas Tuchel. Ses repères devraient naturellement le porter vers une progression nécessaire. Ce PSG-là en a besoin.

Lire la Suite de l'Article